Nous aimons, nous diffusons

Chronique musicale – Grünt #59

Grünt #59

Bonjour à toutes et à tous, je vous propose aujourd’hui de découvrir la nouvelle génération du rap du nord de la France.

Le nord de la France (Lille, Roubaix), n’est pas connu pour ses rappeurs, puisqu’à part Gradur, aucun n’a vraiment réussi à sortir de la scène “underground”. Cependant, depuis 2019, on assiste à une nouvelle génération qui se met doucement en place.

Maintenant, si on pense au rap du nord de la france, on peut facilement penser à Ben PLG, Bekar et Sto.

Avant de revenir sur les rappeurs, je vais vous parler de la musique qu’on va écouter après ma chronique. Elle provient du Grünt 59, une émission diffusée sur YouTube par le Grünt Magazine.

Depuis leur première émission en 2012 avec Nekfeu, Keroué, James Legalize et Lomepal, ils ont créé plein d’autres projets pour mettre en avant la scène du hip-hop français, tels que des entretiens (interviews moins formelles), des concerts, ou des reportages.

Le Grunt 59 est un freestyle d’une vingtaine de minutes. Un freestyle est un couplet de rap qui s’affranchit de toutes les règles habituelles d’un morceau.

Comme dit précedemment, les trois rappeurs invités viennent du nord, ils ont tenu à rapper dans la piscine de Roubaix, lieu sentimental pour eux.

Sto

Sto, le premier rappeur que l’on entendra sur l’extrait du Grünt, est originaire de Lille, et a feat avec Wallace Cleaver sur son dernier album, un nom que certains de nos auditeurs reconnaîtront sûrement.

C’est un rappeur technique, qui manie habilement les mots pour créer des rimes qui sonnent très bien aux oreilles.

Ben PLG

Le deuxième rappeur, Ben PLG, roubaisien, s’est fait en partie connaître grâce à la première saison de “Nouvelle Ecole”, l’émission de Netflix qui fait s’affronter des rappeurs plus ou moins connus, sous le jury de grosses têtes de la scène.

Si Ben PLG est également un rappeur technique, vous pourrez voir dans l’extrait qu’il n’hésite pas à dire ce qu’il pense, sans passer par 4 chemins.

Bekar

Pour conclure le Grünt, Bekar, roubaisien né en espagne, ayant grandi parmi les briques rouges comme il aime si bien le répéter (c’est même le nom de son deuxième album), parle de son passé, thème qui le touche particulièrement.

Ecouter un projet de Bekar, c’est l’entendre parler de son enfance, des amis qu’il a perdu. C’est mon rappeur préféré du trio, et je vous conseille fortement de vous déplacer jusqu’à un de ses concerts, ca vaut le coup !

Il a sorti son premier “vrai” album en début d’année, où il se livre énormément. Ecouter Bekar, c’est une expérience à part, c’est très facile de comprendre son univers, mais lorsqu’on découvre sa complexité, on peut vite être dépassé.

Je pense ici aux deux derniers morceaux de son album, je ne sais jamais si je suis triste ou soulagé lorsque je les écoute.

Merci beaucoup de m’avoir lu/écouté, je vous laisse apprécier la performance de STO, Ben PLG et Bekar sur l’extrait du Grünt 59, que vous retrouverez en intégralité sur Youtube.

– Elian

Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *