Poster un message

En réponse à :

Mal logés

vendredi 4 novembre 2016 par manon

Ils seraient entre 2000 et 3000 personnes vivant à la rue dans l’agglomération grenobloise. La situation autour du logement et de l’hébergement s’est considérablement dégradé que ce soit pour les sans-abris déjà présents ou pour les migrants qui arrivent sur place sans aucune ressource. Faute de logements suffisants, les squats se développent un peu partout dans l’agglomération. La trêve hivernale effective depuis le 1er novembre offre un peu de répit à ces mal-logés, les expulsions étant impossibles (...)


Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Soutenir par un don