mémoire des Papeteries tout l’été

samedi 18H

jeudi 9 juillet 2020 par Radio-Grésivaudan

Le projet "mémoire des papeteries" a consisté à rencontrer des ancien-ne-s salariés des papeteries dans différents domaines et de les écouter. Ces rencontres ont été complétées par une collecte dans les archives sonores de radio Gresivaudan. L’ensemble nous a permis de réaliser 8 documentaires sonores précédés par un preambule sur la naissance des papeteries.
Cet été le samedi à 18H00 :
11 Juillet préambules : quelques éléments historiques
18 juillet l’arrivée aux papeteries : quand la personne est entrée à la papeterie, dans quel contexte, avec quel parcours, quel lien familial avec le métier, de quelle origine géographique...
25 juillet les conditions de travail : les horaires, la sécurité, la hiérarchie...
1er Aout les métiers exercés : quel poste, pour faire quoi, l’évolution, ouvrier/ouvrière...
8 Aout les produits : quels produits, la qualité du papier, les changements...
15 Aout la vie collective et les liens sociaux : logement, fêtes, l’implication dans la vie locale
22 Aout les luttes sociales : les dernières luttes, les implications, les analyses...
29 Aout les syndicats : le premier syndicat, les premiers combats, l’évolution, les grandes grèves
5 Septembre la vente aux enchères : la vente de l’ensemble du materiel derrière le commisaire priseur.

Le projet "mémoire des papeteries" a consisté à rencontrer des ancien-ne-s salariés des papeteries dans différents domaines et de les écouter. Ces rencontres ont été complétées par une collecte dans les archives sonores de radio Gresivaudan afin de faire ressurgir les temoignages recueillis depuis 1982 auprès des salariés. L’ensemble nous a permis de réaliser 8 documentaires sonores précédés par un preambule sur la naissance des papeteries.

Les 8 thèmes sont les suivants :

Cet été le samedi à 18H30 :
- 11 Juillet
préambules : quelques éléments historiques
- 18 juillet
l’arrivée aux papeteries : quand la personne est entrée à la papeterie, dans quel contexte, avec quel parcours, quel lien familial avec le métier, de quelle origine géographique...
- 25 juillet 
les conditions de travail : les horaires, la sécurité, la hiérarchie...
- 1er Aout
les métiers exercés : quel poste, pour faire quoi, l’évolution, ouvrier/ouvrière...
- 8 Aout
les produits : quels produits, la qualité du papier, les changements...
- 15 Aout
la vie collective et les liens sociaux : logement, fêtes, l’implication dans la vie locale
- 22 Aout
les luttes sociales : les dernières luttes, les implications, les analyses...
- 29 Aout
les syndicats : le premier syndicat, les premiers combats, l’évolution, les grandes grèves
- 5 Septembre
la vente aux enchères : la vente de l’ensemble du materiel derrière le commisaire priseur.

1869 : Aristide Bergès installe une râperie de bois à Lancey ( Atelier dans lequel il est procèdé au râpage des bois destinés à la fabrication du papier.
1882 : Aristide Bergès ajoute une unité de papeterie à sa râperie, met en place une conduite forcée de 500 mètres de dénivelé et adjoint une dynamo Gramme à ses turbines pour produire du courant électrique.

Ainsi commence l’histoire des papeteries de Lancey qui durera plus d’un siecle

2006 : La papeterie Moulin Vieux cesse son activite. Le groupe Adapack ne rachète que la clientèle, d’où ̀ la suppression de 90 postes.
23 septembre 2008 : le Tribunal Administratif en prononçant la liquidation judiciaire du groupe papetier Matussière & Forest, met un terme aux 150 années de l’aventure papetière du Grésivaudan.
21 avril 2009 10h : Ce jour-là, a été vendue aux enchères la totalité du matériel présent sur les deux sites des papeteries de Lancey.

A chacune de ces dates, Radio Grésivaudan a réalisé des reportages ou des dossiers depuis les années 80. Nous avons ainsi collecté des moments particuliers de la vie des papeteries. Ce travail régulier nous a amenés dans la collecte de la mémoire orale de ceux et celles qui ont travaillé aux papeteries de Lancey.

Mémoire de l’activité papetière au 20e siècle
dans le Grésivaudan : Un documentaire en 8 épisodes.


Le « patrimoine immobilier et matériel » des papeteries est fortement pris en charge par les pouvoirs publics. Par contre le patrimoine immatériel est lui, beaucoup moins collecté, et souvent transformée, de l’oral à l’écrit. Peu de collectes donnent une restitution « des voix ». Autour d’un travail consacré à « l’activité papetière » radio Gresivaudan montre sa capacité à la préservation du patrimoine immatériel et de la parole.
L’enjeu : collecter des paroles et les retransmettre.
Une des caractéristiques de la mémoire est son caractère fluctuant, mouvant, la réminiscence se construisant dans l’échange. La spécialité radiophonique est justement sa capacité à être à l’écoute pour libérer la parole. Ici l’idée est la multiplicité des « paroles », l’addition des mémoires, leurs convergences, voir leurs contradictions. C’est un tissage de paroles, où les différents fils de trame de la mémoire individuelle, viennent enrichir les fils de chaine des thématiques abordées pour former une pièce spécifique et homogène que l’on peux appeler « mémoires collectives » des papeteries.

8 épisodes
Nous avons rencontré des ancien-ne-s salariés des papeteries dedifférents secteurs et les avons fait parler sur 8 thèmes. Ces rencontres ont été complétées par une collecte de témoignages sonores de radio Gresivaudan, recueillis depuis 1982.
L’ensemble nous a permis de réaliser 8 documentaires sonores précédés par un préambule sur la naissance des papeteries :
- l’arrivée aux papeteries : quand, dans quel contexte, quel parcours, quel lien familial avec le métier, de quelle origine géographique...
- les conditions de travail : les horaires, la sécurité, la hiérarchie...
- les métiers : postes, pour faire quoi, l’évolution, ouvrier/ouvrière...
- les produits : lesquels, la qualité du papier, les changements...
- vie collective et les liens sociaux : logement, fêtes, la vie locale
- les luttes sociales : les dernières luttes, implications, les analyses...
- les syndicat : naissance, premiers combats, les grandes grèves
- la vente aux enchères : la vente derrière le commisaire priseur.

Merci pour leur collaboration et leur aide
Marion Esposito de l’association “Histoires de...découverte et patrimoine” ; Pierre Judet, Maitre de conferences en histoire contemporaine , université de Grenoble Alpes ; Hervé Nicole, pour son écoute des épisodes et ses propositions sonores ; Georges Salamand, historien, conseiller culturel dans la vallée du Haut Breda ; Frédérique Virieux de la Maison Bergès, Musée de la Houille blanche

Merci pour leur témoignage
Aimé, Albert, Albert, Brice, Bruno, Cécile, Christian, Daniel, Danielle, Dora, Gabby, Georges, Henri, Jacky, Jean, Jean Louis, Jean Michel, Louis, Michel, Ramus, Rosana, Mr Mars, Mr Matencio.
Et toutes les personnes anonymes ou oubliées.

Avec le soutien financier de
- La région Auvergne Rhone-alpes et de la Drac dans le cadre des appels à projets “mémoires du XXe et XXIe siecles en région Auvergne-Rhône-Alpes
- Du Département de l’isère, service patrimoine

Prise de sons et interviews
Champlovier Bernard , Doucet Alain , Labaj Eric , Nissou Richard , Poret François , Rodinson Sylvain , Vialle Jean Noel
voix : Victor Delaurat
réalisation : Eric Labaj


Soutenir par un don