editorial du 12 février

lundi 22 février 2021 par Radio-Grésivaudan

Acceptabilité ! acceptabilité ! est-ce que j’ai une gueule d’acceptabilité ! 

Acceptabilité : Caractère de quelque chose qui est plus ou moins tolérable. Caractère d’un énoncé qui est facilement compris ou naturellement émis par les sujets parlants. (Larousse)
Après m’avoir exhorté à la résilience, prononcé les mots tels que « hors de question » et « serrer la vis », m’avoir donné du « procureur », m’avoir gorgé d’injonctions toutes plus paradoxales les unes que les autres, voici que soudain on se soucierait de mon acceptabilité.
Mon acceptabilité sociale. Voici un mot qu’avec ironie, je triture et mâchouille comme un caramel, cherchant d’abord quel goût il peut bien avoir, et finalement de dégoût le recrachant. Ce vocable certainement susurré à l’oreille du prince par un zélé conseiller en communication me reste en travers de la gorge.

Car de quelle acceptabilité s’agit-il dès lors qu’en haut lieu, lorsque j’émets à voix haute le moindre doute sur la réalité des chiffres, les déserts médicaux et la santé saignée à blanc, à suggérer d’autres solutions plus originales, à interroger les choix politiques, je serais classé « complotiste ». Pour un peu extrémiste de droite puisque ses édiles se emparés de la part caricaturale de ce marché mental.
 De quelle acceptabilité me parle-t-on quand confiance ne m’est pas faite, alors qu’on sait très bien que les français respectent majoritairement les mesures prises tout en sachant très bien que les forces de l’ordre n’ont pas les moyens suffisant pour punir les contrevenants.

De quelle acceptabilité me parle-t-on quand on réduit l’expression artistique au silence alors qu’il aurait été possible d’imaginer des solutions alternatives et partielles.
Dès lors que l’unique préoccupation, celle pour laquelle nos gouvernants ont été mis en place, est la préservation d’un modèle ultralibéral profitant aux plus riches, de quelle acceptabilité sociale me parle-t-on ? J’exagère ? Tiens donc, les aides aux entreprises période covid ne partent pas dans le soutien à l’emploi ?

Des aides massives ont été versées aux grandes entreprises du CAC40, suite à l’épidémie de Covid. Sans contrepartie : ces dernières continuent à distribuer de généreux dividendes à leurs actionnaires, tout en annonçant la suppression de près de 60 000 emplois, dont 15 000 en France. L’Observatoire des multinationales publie ce 12 octobre un rapport sur ces corona-profiteurs. Basta mag du 12/10/2020

La misère s’accroit alors que les plus riches des riches s’enrichissent et que la bourse se porte comme un charme.
https://www.franceculture.fr/emissions/les-idees-claires-le-podcast/la-crise-sanitaire-du-covid-19-profite-t-elle-aux-riches


Alors, gens du pouvoir, me caresser l’acceptabilité aux heures de pointe du métro, quand pour sauver votre monde, vous me proposez une unique alternative, à savoir doser mon enfermement et attendre mes piqûres, quel cynisme !

Accepter un monde sans imaginaire, en troupeau, uniforme, sans couleurs et sans saveur ? Craignez-vous tant des initiatives et de la pensée diffuse et éclairante que vous en oubliez toute réalité scientifique et sociale autre que celle dictée par vos conseillers. Mais vous ne comprenez pas ou alors vous comprenez trop bien ? Hors de vos schémas de lecture de la société, il grouille un monde réel qui a depuis longtemps dépassé le stade de non acceptabilité et qui trouvera toujours moyen de contourner votre pensée en inventant au mieux un monde meilleur et solidaire, au pire la survie. Il va nous falloir apprendre à vivre avec les virus, les avatars d’un monde sur-développé.

Et parmi nous, patentés ou sans diplôme, nombre de chercheurs, penseurs, philosophes, artistes, sages, que vous ne consultez pas réfléchissent à un monde éclairé et savant, une pensée et un imaginaire qui réinvente l’esprit le corps et l’âme, le rendant bien plus résistant aux attaques mentales et virales qu’une piquouse à but lucratif.
Mais dans votre arithmétique binaire, seuls compte votre propre survie, et à moyen terme choisir entre Macron ou le Pen.

Misère ! 


JMC


Soutenir par un don