Z.E.P ( Zone d’ Expression Populaire)« Devoir d’insolence »

Rap

vendredi 25 juin 2010 par prog

Indépendante, libre et alternative, la « Zone d’Expression Populaire » est emmenée par Saïdou (du MAP) et Alee (de Rennes). C’est une petite bombe artisanale et acoustique, bricolée dans l’urgence et l’impatience. Le projet : Occuper l’espace, prendre la parole, crier, chanter, danser. Exister en refusant l’invisibilisation, l’injonction à la politesse et le chantage à l’intégration. Sans ambigüité, ZEP prône l’insolence et l’irrévérence et hurle à qui veut l’entendre et à qui ne le veut pas : « On n’est pas là pour plaire, séduire ou convaincre ». A bon entendeur : Salem !

La Fierté d’être français ou l’imposition du silence (par Said Bouamama) Qui n’a pas ces derniers mois assisté à un débat dans lequel une personne issue de la colonisation se sentait obligée de déclarer qu’elle « aimait la France » ou qu’elle était « fière d’être française » avant de s’autoriser à développer son point de vue ? Qui n’a pas été confronté aux discours comparatifs entres les jeunes français issus de la colonisation et leurs parents, les seconds étant présentés comme polis, courageux et discrets et les premiers comme impolis, fainéants et ostensibles ? Qui n’a pas entendu des élus affirmer la nécessité d’être patients en réponse à des questions sur les discriminations vécues ? Curieusement, cette comparaison entre les générations issues de la colonisation est dans un sens évaluatif inversé par rapport à la période précédente. Il n’y a pas si longtemps c’étaient les enfants arbitrairement renommés « beurs » qui étaient valorisés en comparaison à leurs parents construits comme culturellement distants, difficilement « intégrables » ou même « inintégrables ». La multiplication de ces injonctions à l’invisibilité, à la politesse et à la mesure, parfois explicites et généralement implicites, ne doit rien au hasard. Elle est le résultat d’un rapport de forces entre, d’une part, une jeunesse qui, de plus en plus, refuse la place d’indigène qui lui est assignée et, d’autre part, un système de domination qui produit cette assignation. Ces injonctions sont un rappel à l’ordre de la seule place légitime qui lui ait reconnue : celle de dominée soumis. Elles constituent une violence symbolique visant à renvoyer ces jeunes dans des postures de résignation à l’inégalité.


Soutenir par un don