Voyage intérieur

Dimanche à 9H30

dimanche 19 décembre 2021 par Radio-Grésivaudan

dimanche 19 decembre à 9H30 :
Intelligence collective
Dans un système sociétaire incitant au repli sur soi et à l’individualisme, il est bon de retrouver le sens de la coopération, du mouvement collectif, du partage et de l entraide. 
Comment produire au sein d’un groupe une interaction positive entre les “je” individuels et le “nous” collectif.
 Qu’est que l’intelligence collective ?
 Les fourmis, les abeilles, les termites, les loups, les oiseaux, et la nature toute entière nous montrent ce qu est l intelligence collective. Marine SIMON et Thomas Emmanuel GÉRARD : Ils sont les deux co – écrivains avec quatre autres auteurs : un livre aux éditions du souffle d’or "l’intelligence collective"
.

Ce qui se vit de l’intérieur se voit à l’extérieur.
L’Homme ressemble à un cercle. Le compas comporte une pointe pour tracer le monde qui nous entoure (avoir), et d’une pointe-sèche pour marquer ce que je suis (être). Ces émissions du voyage intérieur sont nées après avoir parcouru le monde à la recherche de ma raison d’être. C’est dans cette trajectoire que je suis parti sillonner les routes de France à la rencontre de ceux ou de celles qui savent. Qu’ils soient philosophes, médecins, enseignants, écrivains, artistes, chercheurs du beau et du bien. Ils m’ont tous apporté de précieuses clés de lecture, des concepts fins lumineux, parfois poétiques, de véritables conseils de vie. Ne pas simplement entendre l’autre, mais savoir plutôt l’écouter. Ne pas trop s’écouter soi non plus, mais s’entendre avec soi-même.

prochaine emissions :

01-La sagesse d’aimer
Elle a la nationalité russe, française, pakistanaise et tunisienne, plus qu’un passeport. Elle dit « « je vis en utopie. Le monde entier est ma nationalité et je suis citoyenne d’un monde en devenir ». Sa maison est partout, elle est accueillie par ceux et celles qui promènent leur pensée vers le devenir des hommes. Zarina a eu la chance de n’avoir aucune appartenance en allant aux contacts des apatrides. Musulmane à sa naissance, orthodoxe à quatre ans, elle a été ensuite élevée par des religieuses dominicaines. Elle a croisé Adenauer, Franco, Orson Welles, la danseuse Lucero Tena ou les peintres Manolo Villasenör. Elle a fait face à l’exil, à la séparation et la barbarie. Couronnée pour son roman « La sagesse d’aimer » par le prix Seligmann en 2017 contre le racisme, elle s’est toujours impliquée pour les droits de l’Homme et de l’Enfant. Reconnue par l’Unesco elle a été nominée pour le prix Nobel de la paix en 2005. Zarina Khan vit aujourd’hui en Ardèche, à Mirabel où elle a ouvert un centre culturel rural qui propose spectacles, expositions, concerts, ateliers d’écriture et de théâtre. Certaines personnes se contentent de manger des fruits, tandis que d’autres en extraient aussi patiemment les graines pour les semer dans leur jardin. Si vous cherchez ces semences de sagesse dans Le Voyage intérieur, la série d’émission de mes sages de vie, vous les planterez dans votre vie et elles feront croitre en vous les mêmes qualités qu’on admire chez ces maitres de sagesse !

 02- Le grand passage
Vous vous posez certainement la question de savoir ce qui va se passer quand vous allez mourir ? Les traditions orientales nous invitent à nous projeter au bout d’une chaine de réincarnations menant, pas à pas, à un absolu d’unité avec le Divin.
Les traditions occidentales , idéalisent « le passage » vers « l’au-delà » comme le but ultime de toute existence.
La science moderne, longtemps réfractaire à toute idée de « vie » après la mort, commence à considérer que la conscience survit peut être à la mort physique.
La mort, physique ou figurée, par son caractère inéluctable, n’est-elle pas ce qui nous permet de nous en remettre à plus grand que nous et par là, peut-être, de toucher à la Foi ? En fait ce qui est important avec la mort c’est de savoir que l’on est aimé, de son vivant et,encore, une fois absent.
Que l’on n’a pas seulement été créé pour manger, dormir, boire et prendre des vacances…
Je vous invite à écouter des témoignages que j’ai récolté auprès des participants du congres d’ Aix-les-bains organisé par l’association Terre du ciel.
Cette récolte de témoignages sera agrémentée d’extraits du livre de Christiane Singer, de derniers fragments d’un long voyage, aux éditions Albin Michel, et de la psychologue écrivain Marie de Hennzel

03- De l’ombre à la lumière
C’était un 23 septembre, juste après notre entretien, avant de donner son spectacle. Il se présenta sur la scène et ses premières pensées furent adressées à une amie très chère pour qui il a composé des textes durant 15 années. Juliette Gréco venait de nous quitter. Il déclame que les couleurs ne sont que des jeux de lumière, il a reçu Camus en héritage et a adapté la littérature au rap. Il est bleu, noir, rouge, blanc, partout où les couleurs transpirent, il fait éclater les mots et la puissance du verbe de Baudelaire, d’Edouard Glissant et de Chamoiseau, parce qu’ils osent dire la beauté et l’amour. Le jeune noir à l’épée part de sa singularité pour aller vers l’universel. Vous l’avez peut-être reconnu, Abd al Malik, un artiste qui nous offre ses outils pour comprendre et accueillir la vie. Et dans un deuxième temps, notre second compagnon du voyage intérieur sera un anonyme que j’ai croisé via les réseaux sociaux Il se fait appeler Curieux hasard. Il a débuté sa carrière comme joueur professionnel de billard avant d’être gestionnaire de patrimoine et de fortune pour la plus grande banque du monde, il a fini par tout arrêter pour devenir écrivain. Quel point commun entre Abd Al Malik et Curieux hasard ? tous deux ont débuté leur carrière dans des gouffres obsessionnels pour combler leur vide intérieur. Leurs chemins à tous les deux ont convergé, comme la chenille qui se métamorphose en papillon. Sortir de son cocon comporte des risques, (maisp une fois en vol, le nectar des fleurs nous attend pour souffrir ou s’offrir à nous.

04- La sagesse universel
C’est en longeant la Marne à bicyclette, entre la citadelle de Langres et la ville de Chaumont, que je me suis arrêté sous un soleil de plomb. Passer un petit moment dans le village de Marnay… Après avoir franchi la porte d’entrée de la petite demeure de Philippe Yacine Demaison qui m’attendait. Il me prépara une salade marocaine en me partageant ses souvenirs aux fondations des Scouts bouddhistes et Musulmans de France dont il fut le président. Expériences qui lui permirent par la suite d’enrichir le dialogue interreligieux au sein du Ministère de la jeunesse et des sports lors de sa collaboration avec Jean François Lamour.

05- Eduquer à la joie
En France, l’idée dominante est que l’école est un lieu de réussite intellectuelle et très secondairement, un lieu d’apprentissage de la vie. Comme en économie, l’idée de rendement l’emporte lourdement sur l’idée de développement. Imaginer un instant d’instaurer au programme scolaire : la connaissance de soi et la relation à autrui, l’auto-responsabilité, les capacités d’empathie, d’esprit critique et autocritique, d’humour, de dialogue, de coopération, l’affirmation de soi sans domination ni soumission, le sens de co-responsabilité propre à l’esprit démocratique. Antonella est à l’initiative de l’Alliance Printemps de l’éducation, projet réunissant des associations, institutions et individus, qui militent pour un changement de l’éducation et de l’école, centré sur le bien-être, l’épanouissement des enfants et des enseignants ! Elle est, et devient notre « mes sages à la joie ».

06-La volonté humaine 
On dit que tous les êtres humains ont une âme, comme sans doute une maison, un lieu, une oeuvre musicale, une oeuvre d’art, un objet, un animal, un végétal ou simplement l’empreinte que nous laissons derrière nous. De la même manière que l’électricité alimente un moteur, elle devient mouvement si elle passe par un radiateur, une ampoule, elle devient soit une chaleur, soit une lumière. Par analogie, l’âme ou l’esprit invisible qui habite chaque être vivant est également une énergie mystérieuse par laquelle elle circule. Ainsi cette énergie spirituelle devient dans l’intellect des humains qui réfléchissent une conscience ! Justement, j’aimerais réaliser une expérience de clairvoyance avec vous, un domaine que l’on commence à peine à étudier. L’homme n’invente rien. Il redécouvre des principes éternels qu’il décline ensuite sous de nouvelles formes. Le conférencier que nous allons écouter dans quelques instants avec l’aimable autorisation de François Veillon du Télégraphe à Toulon à choisi de garder l’annonymat pour éviter tout prosélytisme, pour se tenir à distance avec les croyances et les idées reçus.

 Aujourd’hui, dans le voyage intérieur, la série d’émissions de mes sages de vie, vous invite à nouveau à explorer les méandres du connu et de réaliser, un exercice de style afin de rendre hommage à nous, à nous tous humains,, une œuvre dans toute sa création. 

07- Les gardiennes de la terre 
En désacralisant la nature, nous avons pris possession de ses richesses et nous nous sommes placés au-dessus des lois fondamentales. La pensée cartésienne a conduit à l’industrialisation du monde, et au modèle économique qui en découle. Selon cette pensée, la nature n’est pas un être vivant et peut-être manipulée à volonté. L’homme a réduit la nature, la nourriture, l’eau et bientôt l’air à l’état de marchandises. Vandana Shiva envisage deux axes pour la sortie de cette impasse : Considérer la nature comme le pilier central qui maintient la vie sur terre. Confier aux humains la gouvernance des entreprises pour reconstruire du sens par le moyen d’une économie locale. De cela découle un impératif de récompenser notre impact écologique. Écologiste, écrivains et militante féministe indienne, Vandana Shiva est une héroïne de la protection des semences et de la forêt. Elle revient dans le voyage intérieur la série d’émissions de ‘’Mes sages de vie’’ en partenariat avec la revue Happinez.

08-Daniel Favre
Eduquer à l’incertitude Parler d’effondrement, c’est se demander de quoi sera faite la société de demain. Repenser notre façon de produire et de consommer, de rénover notre démocratie, de construire une nouvelle façon d’être à soi, à l’autre et au monde. J’étais venu entendre l’ingénieur agronome, Pablo Servigne et c’est finalement Daniel Favre, Docteur d’état en neurosciences et en services de l’éducation sur qui je me suis questionné le plus. Pourquoi la résistance aux changements est-elle si difficile ? Tout ce qui diffère de nos modes de fonctionnement est considéré comme absurde, comment changer de cap sans s’éloigner de sa nature profonde ! Même si notre volonté est de changer, avouons que ce ne sera pas si simple de le faire, par habitude. Quel sacrifice serais-je prêt à faire pour accepter de me mettre en mouvement ? Comment repérer les choses qui sont en nous et qui nous font grandir avec celles qui ne veulent pas changer en raison de nos certitudes ?

09- Accroche toi à une étoile
S’accrocher à une Étoile
Elle est docteur en joie, assistante du moral des troupes, chercheur de trésors. Sandra Meunier Alias Anabelle fait entrer la joie à l’hôpital, elle utilise l’art et l’imaginaire dans une démarche de soins.
Depuis 12 ans elle accompagne les personnes en fin de vie dans les hôpitaux Parisiens. Par sa pratique artistique, elle sait toucher la profondeur des personnes malades pour apaiser leur cœur.L’acceptation de sa propre vulnérabilité, et c’est sa force, est la base de son métier car elle à besoin d’être touchée par l’autre pour mieux les accompagner.Voici l’histoire d’une Neztoile qui se faufile dans les chambres d’hôpitaux pour offrir aux personnes en fin de vie une étincelle de joie et pourquoi pas leur ouvrir un autre monde

10 - Et si c’était possible ?
L’histoire a montré qu’au lieu de se substituer aux anciennes énergies, les nouvelles s’y sont en fait ajoutées : le monde n’est pas passé du bois au charbon, puis du charbon au pétrole et enfin du pétrole au nucléaire, mais toutes ces sources d’énergie se sont additionnées ! La production d’électricité et le chauffage restent parmi les principaux émetteurs de gaz à effet de serre. Le moyen le plus répandu et le moins coûteux pour produire du courant aujourd’hui, ce sont les centrales thermiques qui brûlent des énergies fossiles. Alors qu’il existe une énergie disponible pour tous et non polluante, qui ne produit ni C02, ni radioactivité, ni déchets nucléaires. Depuis les années 90, Jean-Paul Biberian travaille d’arrache-pied pour transmettre sa passion de la physique et de la transmutation biologique dans le domaine de la fusion froide. Certains chercheurs n’hésitent pas à assimiler ses expériences à celles de l’alchimie et de la transmutation du plomb en or. Et alors ? Physicien, chercheur au CNRS, maitre de conférences, Jean-Paul Biberian a installé dans son jardin un petit chalet en forme de laboratoire, entouré de machines retentissantes, toutes chantantes pour développer une nouvelle source d’énergie pour tous et bientôt disponible. Et il n’est subventionné par personne. Vous savez combien il n’est pas coton d’assimiler des propos de chercheur indépendant, surtout lorsqu’ils sont transportés par leur passion. Pour ce faire, je suis allé sonder naturellement le Cœur de Jean-Paul Biberian, ce jeune homme de 75 ans sorti des sentiers battus à la rencontre de ses deux amours. Lui se nomme palladium et elle s’appelle hydrogène. Un mariage explosif vous attend avec douceur dans le voyage intérieur.

L’idée de produire de l’énergie illimitée à moindres frais ne l’a plus quitté. Il ne vit que pour cette aventure scientifique, alchimique et biologique pour lui, c’est logique. Un ouvrage La fusion froide dans tous ses états de Jean Paul Bibérain aux éditions guy Trédaniel

11- Indignez vous
Que voulons-nous faire de notre vivant ? L’histoire de l’humanité est suspendue à cette question. On considère les utopistes comme des gens irrationnels. On a tendance à disqualifier leurs idées, à ce montrer indifférents envers eux. L’utopie est-elle une manière de résister pour ne rien changé ou pour tout transformer ? Sandrine Roudaut est chercheuse semeuse d’utopies. Elle a conciliée, écologie, économie, humanisme et de l’accomplissement personnel. Elle porte sa réflexion sur les conspirateurs positifs, l’héroïsme ordinaire et la soumission à l’autorité. Plutôt que de changer soi même pour que le monde change, Sandrine nous propose de devenir soi pour que le monde soi. Dans tous nos actes de résistance, il existe une occasion unique d’accomplir son utopie d’être pour ressentir l’émerveillement de ce que l’on va être, comme par anticipation. Ce qui nous transforme ce pas le t’atteindre le but, mais d’en explorer le chemin qui mènera au résultat final. Sandrine Roudaut veut donner du relief à sa vie, provoquer du lien et des projets comme un moyen de participer a quelque chose de plus grand que nous. A nous de jouer. Bonjour à vous aventurier et aventurière de l’esprit.

12-S’armer de patience 
Il y a quelque chose d’extraordinaire à regarder évoluer un surfeur. Quand la vague arrive, plutôt que de s’y opposer ou de se faire écraser par elle, il la chevauche avec sa planche.

Certains événements qui déferlent soudainement dans notre existence sont tout-à-fait comparables à ces vagues immenses qui emportent tout sur leur passage. Face à l’adversité, nous tentons parfois de résister, de lutter, de faire le dos rond, quitte à nous faire broyer, car nous ne sommes pas de taille.

Le surfeur nous enseigne qu’il existe une autre voie entre la lutte et la résignation, celle de chevaucher la vague en épousant sa puissance tout en conservant sa propre liberté.

Aurélien Weisrock se trouvait le 21 mars 2013 à 22h10 heures à Tombouctou, à la tête d’un escadron de 150 hommes lorsqu’une déflagration effroyable le fit sursauter de son poste. Il venait d’être prit d’assaut par un groupe armé, voulant en finir avec lui et ses hommes. Toute la nuit, ils vont résister aux attaques d’un ennemi déterminé.

Aujourd’hui dans le voyage intérieur la série d’émiisionde mes sages de vie S’armer de patience C’est le titre que nous avons donné à cette emission tout terrain . La souplesse de composer librement avec ce qui nous dépasse. 

13- Intelligence collective
Dans un système sociétaire incitant au repli sur soi et à l’individualisme, il est bon de retrouver le sens de la coopération, du mouvement collectif, du partage et de l entraide. 
Comment produire au sein d’un groupe une interaction positive entre les “je” individuels et le “nous” collectif.
 Qu’est que l’intelligence collective ?
 Les fourmis, les abeilles, les termites, les loups, les oiseaux, et la nature toute entière nous montrent ce qu est l intelligence collective. Dès que l’intelligence coopérative relie les éléments et les êtres vivants avec une intention de servir la vie de la communauté dans le respect des différents règnes et différentes hiérarchies de la nature, elle contribue à l’émergence d’un ‘nous’ performant et peut faire apparaître des espaces dans lesquels l’apport de chacun crée une riche complémentarité.
 Marine SIMON et Thomas Emmanuel GÉRARD : Ils sont les deux co – écrivains avec quatre autres auteurs : un livre aux éditions du souffle d’or » l’intelligence collective »
. Je les ai rencontré lors de la semaine organisée par l’association terre du ciel en Franche Comté » Grandir ensemble.
 Mes sages de vie vous invite à faire quelques pas supplémentaire vers l’autre et d’essayer en toute confiance d’agrandir nos champs de visions et d’actions.

14- Un alchimiste raconte
Un alchimiste au 21ème siècle ?, ça existe bien. Si l’alchimie est un art, l’alchimiste en est l’artiste inspiré. Le langage alchimique vous trouble, vous noie, vous fait perdre pied ?, c’est volontaire. Si vous le prenez comme une science ou comme un détective à la recherche du code caché, j’ai bien peur que vous ne passiez à côté de la sincérité. Par exemple les émotions sont associées traditionnellement à un métal : le chaos au plomb, la vengeance à l’étain, la difficulté de communiquer au cuivre, la colère au fer, la vanité au mercure, la peur à l’argent et l’orgueil est associé à l’or. Pour l’alchimiste ce n’est pas de transformer la matière mais de la transmuter. Patrick Burensteinas est un alchimiste opératif depuis plus de trente ans. Il est parti des sciences pour devenir « chercheur-cherchant » dans ce domaine qui est un art de vivre, une philosophie. Allons fondre du métal pour apprendre à changer de peau au détour d’un feu de bois pour animer notre feu intérieur. C’est une vraie carte routière que je vous invite à déplier dans mes sages de vie, il vous faut juste un œil ouvert et une oreille attentive.

15- L’intelligence des arbres
Lorsque nous observons les arbres nous voyons que la partie visible au dessus du sol, mais la plupart de leurs vies se passe en dessous du sol. Ils forment un immense réseau souterrain comme un réseau internet, Quel type d’informations les arbres s’échange ? Les arbres d’une même espèce s’entraident et se soutiennent grâce à leurs terminaisons nerveuses par contre ils ne reconnaissent pas ceux qui n’appartiennent pas de leur famille, comment est organiser la famille des arbres. Comment les arbres communiques et prennent soin les uns des autres ? J’ai remarqué que les arbres corroboraient avec l’espèce humaine, pour nous la respiration est vitale, or les arbres sont de gigantesques poumons. Prenons les branches et bronchioles, feuille et alvéoles pulmonaires ; toutes ont fonctions de produire de l’oxygène quels sont les autres points communs entre les hommes et les conifères ? Des recherches récentes montrent l’importance des échanges entre les arbres d’une forêt, par exemple on a constaté que les arbres plus vigoureux soutenaient les plus faibles comme dans une société idéale Connaissez vous d’autres modèles d’harmonie Pourquoi la science s’intéresse t’elle aux modes de fonctionnements et d’interactions du monde végétal ? Pourquoi associe t’on l’arbre à la sagesse, c’est parce qu’il est associé à l’arbre de la connaissance ? Si vous étiez un arbre, lequel seriez vous, un sapin, un épicéa, un bouleau, un mélèze, un cèdre du Liban ou du Japon, un pin d’Alep, un érable ? Qu’est ce qu’est un nombre d’or et quel est son rapport avec le monde végétal ?

16-Fidèle à soi même
Ce matin du jeudi 22 juin, le Dieu de l’Occasion, que les Grecs appelaient Kairos, nous a ainsi pris sous son aile généreuse pour quelques heures. Un petit cadeau du destin. Richard s’apprêtait à rendre visite à Richard ! L’appartement de Pierre Richard ressemblait à s’y méprendre à celui du film Le Jouet : vaste, surchargé de souvenirs et de babioles, de reliques et de merdouilles, de posters, de bouquins, de tapis et d’étagères débordantes. Pierre nous attendait sur le canapé, la jambe plâtrée et étendue sur un petit tabouret. « Entrez les gars, bienvenue, ne m’en veuillez pas si je reste allongé, venez près de moi sur le sofa ! » Officiellement, nous arrivions comme de bons journalistes pour un entretien d’une heure, globalement chronométré, et nous devions avec Ulysse repartir aussi sec. Sauf qu’entre les deux Richard, ça collait bien. Pierre nous servit un verre de rosé ; la pluie grasse battait sur la grande baie vitrée et la discussion commença sans manières, comme si nous étions trois copains qui poursuivaient la conversation de la veille. L’heure prévue fut largement dépassée, la bouteille de rosé largement vidée, on se racontait tour à tour de petites anecdotes personnelles, et on se promit de remettre ça, un jour ou l’autre, avec une guitare cette fois pour chanter tous les trois les chansons de nos vieux amis… Puis Richard et mon ami Ulysse repartîmes sous la pluie battante pour grignoter un croque-monsieur dans un bistrot du coin. De cette rencontre si chaleureuse et superbement spontanée, il reste pour vous cette petite capsule sonore, discussion raccourcie par la main magique du montage… Puisse-t-elle vous transmettre un peu de la joie offerte par ces moments de l’existence où le cours normal des choses dévie pour nous offrir une escapade, une rencontre, un merveilleux exil… 

18-Cédric Bazin de Jessey : Faire de la maladie une bonadie
Des idées, des phrases, des mots, des questions d’un petit homme un peu turc et persan, sur la Terre à qui il arrive une tuile, un coup de bambou, la maladie, le cancer au cerveau. Il se retrouve par terre. Ce qui le rend un peu givré dans sa manière d’être et d’écrire. Il n’est pas écrivain, écrit comme un pied qui se chausse chez Cardin. Il écrit comme il ressent, avec barbarie et maladresse ponctuées d’images au parfum de roses qui déboulent de temps en temps au gré du vent dans un cerveau parfois au-dessus du caniveau. Cédric Bazin de Jessey - CB2J, 48 ans, est conférencier dans le monde entier. Le cancer l’a surpris à l’âge de 33 ans. En invalidité, atteint d’une tumeur cérébrale et libéré de ses obligations professionnelles. Il a décidé de faire de sa maladie son fer de lance pour aller dans le monde transmettre ce qu’il a appris. Aujourd’hui je vous partage dans le voyage intérieur la série d’émissions de mes sages de vie, ma rencontre avec Cédric Bazin de Jessey - CB2J, pour qui, la maladie l’a réveillé d’une vie fadasse. Son message de vie, aujourd’hui est ‘’La maladie est une Amie qui vous veut du bien. Elle devient alors une bonadie. C’est une rencontre pleine d’humanité dont il s’agit aujourd’hui, pour nous donner à comprendre !

19- Ré-enchanter l’école
Professeurs de l’Éducation nationale, professeurs d’écoles expérimentales ou associatives, parents d’élèves, anciens élèves, éducateurs, citoyens, chômeurs : vous vous intéressez aux questions d’éducation et vous constatez qu’une part croissante de la population aspire à d’autres modèles, complémentaires et alternatifs.
Aujourd’hui dans « mes sages de vie » j’ai rencontré Florent Pasquier, docteur et maître de conférences à la Sorbonne et Phillippe Nicolas, docteur en sciences de l’éducation ainsi qu’une enseignante Isabelle Peloux, institutrice et fondatrice de l’école des Colibris. Tous les trois exercent leur art au sein de l’ Éducation Nationale en quête de paix, d’harmonie avec eux-mêmes et avec les autres et on essayé de réinventer et de réenchanter l’école avec un succès certain. Cette émission s’adresse à Vous petits et tellement grands en quête d’idées nouvelles et de sens sur l’enseignement, vecteur de transmission de vie et de joie. Ceci afin de rendre possible le choix d’une autre approche éducative à l’école pour transformer le monde.
A nous de jouer.

20-Du potentiel au réel 
Chacun de nos cinq sens fournit des informations différentes sur la réalité. Aucune faculté, aucun sens n’est meilleur que les autres, ils sont complémentaires. Tous ces sens tiennent une place importante car elles correspondent à des facultés différentes. Par exemple, la vison est liée au mental qui pense et réfléchit. Vous voyez ce que je veux dire ? L’odorat est lié au cœur qui ressent les choses de l’intérieur, d’où cet adage ‘’je ne peux pas le sentir’’. Dans notre monde actuel, les facultés intellectuelles ont été largement privilégiées au détriment des autres facultés. La radio contribue à nous détacher de ces aptitudes pour développer une autre écoute des sons, des voix ; elle a un don de nous subtiliser l’image. Alors peut-être que notre mental cessera de nous établir une représentation, un jugement, un visage. Ce que j’aimerais vous offrir aujourd’hui, c’est le ton de la voix et le sens des mots. Si la radio a la force de développer de la profondeur pour celle ou celui qui porte un regard vers l’intérieur, elle laisse en tout cas à l’auditeur la liberté de construire ou déconstruire une idée. Je remercie François Veillon du Télégraphe à Toulon de m’autoriser à diffuser ce conférencier pertinent pour le voyage intérieur, la série d’émission de ‘’Mes sage de vie’’. La vue et l’intellect sont des organes merveilleux, mais n’oubliez pas que, comme l’odorat, le cœur vous procurera une connaissance indispensable sur les êtres et les choses que le mental ne vous fournira. 

21-Les oreilles transformatives
Aujourd’hui, nous sommes censés être compétents dans de nombreux domaines de notre vie : que ce soit par notre façon de communiquer, au sein de notre couple, dans notre travail, nos relations, notre famille, mais aussi dans notre aptitude à prendre et à tenir nos engagements. Or, le sentiment de « réussir sa vie » dépend-t-il en grande partie de notre réussite dans ces domaines. Force est de constater que les méthodes d’éducation traditionnelles ne nous ont pas appris à être compétent face aux challenges de la vie. Elles ont même parfois constitué un obstacle à notre complet épanouissement. En France, il y a plus de 10 000 morts par an, soit presque 1 décès sur 50 qui est un suicide et une moyenne de 160 000 tentatives chaque année. Le suicide est un choix, terrible et irréversible, mais c’est un choix. Il arrive souvent qu’on culpabilise parce qu’on n’a pas su en déceler les signes. Mais nous ne sommes jamais responsables du suicide d’une personne… si nous ne savions pas clairement qu’elle allaitpasser à l’acte. Comment décrypter ce marasme ? Lionel Santucci est un voyageur du monde. Au contact de multiples cultures, il a réuni une solide connaissance de l’être humain, un atout précieux dans son travail d’accompagnateur dans le domaine de la communication transformative. Il a choisi de nous parler de ce sujet si délicat et si sensible pour ce réconcilier avec nous même. Lionel Santucci utilise des outils dans les principes de vie alliant sagesse et psychologie moderne. La communication transformative est son credo. Il organise des séminaires aux personnes de toutes professions qui désirent s’épanouir et vivre leur potentiel.

22-Oasis de paix
Nous sommes envahis par des informations se limitant souvent aux mêmes sources, et c’est ainsi, que nous nous forgeons une idée sur le monde environnant. Nous donnons aux médias un pouvoir qui est celui de nous influencer dans notre manière de penser et d’appréhender la réalité. D’où l’importance de développer l’esprit critique, de varier les sources d’informations sur l’horizon, tant politique, économique, culturel ou religieux.
L’enjeu est de comprendre où est la « Vérité » et la complexité, est qu’il y a autant de vérités que d’êtres humains. De là découle les situations conflictuelles tant sur le plan individuel que celui des peuples. Alain MICHEL, à travers sa fondation « Hommes de parole » contribue ainsi à nous permettre de mieux comprendre les enjeux des conflits israélo-palestiniens. Il témoigne que la rivalité qui sépare les deux antagonistes, est non seulement liée à des faits historiques mais surtout une véritable ignorance, de qui est « vraiment l’autre » d’où découle toutes sortes de peurs et d’agressivité. Depuis quelques années Alain MICHEL a rassemblé des Imams et des Rabbins du monde entier, dans différentes parties du globe, pour entamer un véritable dialogue sur la reconnaissance identitaire. Cette démarche nous enseigne également à appliquer la même grille de décryptage et de dialogue dans nos relations, qu’elles soient au sein d’une famille, d’un couple ou dans notre environnement immédiat. Apprendre à connaître l’ autre fait tomber les barrières de la peur et de l’incompréhension.

23- Les gardiens e notre passage
Connaissez vous ce Veil adage : Une personne qui meurt c’est une bibliothèque qui brule. Combien de mémoires d’hommes mourant chaque jour délaissent ainsi une connaissance non exploitée. Aucune institution du monde ne pourra combler ce vide avec tout l’or du monde. Nombres de mortels qui j’ai croisé sur mon chemin, enregistreur à la main, mon répondu que leur histoire de vie n’intéresseront jamais personne. Le mot personne comporte deux définitions : Je suis une personne ou je suis personne. C’est la différence que les conteurs d’histoire on su faire pour ne pas oublies notre passage. Transmettre la mémoire du temps en évoquant les bons mais aussi les mauvais moment en leur apportant un autre regard. Le conte à su percer le mystère de la vie. En développant la croissance entre les êtres pour rester en contact les un avec les autres et pour se sentir moins seul. J’ai choisis de m’entretenir avec deux conteurs et pas des moindres. Le premier se nomme et romancier de plusieurs ouvrages nous livre un mystère de la vie plutôt que les apparences de la réalité. Et le second Innoncent Yapi : Avec une énergie phénoménale et une générosité sans pareille envers son public, ce conteur travaille en milieu scolaire sur le thème de l’égalité des chances. Je vous invite à nouveau à ne pas vous préoccuper de quoi de ce soi, vous avez juste à aimer les gens, et qu’après avoir écouté cette émission du voyage intérieur vous ayez envie de vous approcher des uns et des autres

Romans, récits, essais, adaptations Henry Gougaud, chanteur poète était notre invité. Il a écrit d’innombrables ouvrages il sont si nombreux que je ne peux tous vous les citer ! allez voir son site Henry gougaud.com Et le conteur d’exception que vous avez pu entrendre avec Henry Gougaud se nommait, Ynnoncent Yapi. Il continu de ouvrer depuis plus de 20 ans dans les salles de spectacle et dans les écoles 24-Petite philosophie sur le bonheur L’abécédaire du bonheur de A à Z. A comme amour, F comme fortune, G comme goût, H comme harmonie, V comme Vie, S comme sexualité…Il m’a reçu dans son appartement et bien avant de trouver sa porte d’entrée, je cherchais son nom sur la sonnette. La musique qui résonnait derrière sa porte claquait d’une litanie dansante et vivante. Du Johnny Haliday aux Rolling Stones, je pensais, pour un philosophe et de toute, à la plénitude de Mozart. Eh bien détrompez vous ! Bertrand Vergely joue avec la vie et se donne des temps de divertissement, avec de vrais petits bohneurs. La vraie vie c’est se convertir en un instant en Mike et en Johnny, puis, se donner le droit de se changer à tout moment de philosophe à un artiste. Finalement, un « artiste philosophe » qui désire se métamorphoser, c’est cela la joie ? « dit nous ce que tu aimes Bertrand et pas ce que tu penses pour notre émission Radio « mes Sage de Vie », le bonheur va faire un malheur… »

25 - Chercheuse de soi
De nombreux chercheurs se sont attachés à définir la mystique. Les sages de l’humanité, les religions, les philosophes, les scientifiques et les psychanalystes ont nourri chacun à leur manière des systèmes de pensée pour tenter de comprendre ce phénomène, mais le mystère demeure. Depuis la nuit des temps nous essayons d’élargir notre champ de la conscience pour connaître le sens de notre existence. Dans la vision actuelle de l’être humain, il donne l’impression de tout connaître de lui et de se réduire à un objet de connaissance rationnel pareil aux autres. L’homme est dans une transformation dont il n’a pas conscience. Ses besoins et ses désirs profonds ont été remplacés par des nécessités d’ordre consumériste et économique. Il est temps de relever l’autre problème qu’il pose : le mystère de sa raison d’être : la personne humaine est plus mystérieuse que le monde, c’est qu’elle est tout un monde, écrivait, Nicolas Berdiaev. L’une de nos sages se nomme aujourd’hui Leili Anvar. Elle est chercheuse en littérature persane. Ses travaux sont principalement consacrés à l’étude de la littérature mystique et amoureuse. Mais qu’est ce que la mystique ? Pour la décrire, même si les mots on des notes d’or, le silence est plus doux encore car la solitude à sa propre lumière. Nous nous contenterons dans ce voyage intérieur, la série d’émission de mes sages de vie de caresser seulement ses contours.

26-Le doux commerce
Reconsidérer la richesse dans un monde où l’économie dominante est de réaliser des profits à tout prix. Le produit national brut définit la croissance sans considérer les dommages causés à l’environnement. Quant au mot « bénéfice », il devrait nous procurer du bien… quand bien même nous le réduisons à un solde monétaire. Considérer nos bénéfices comme des valeurs humaines en y intégrant nos Ecco – systèmes, un esprit pacificateur et de paix sociale pour sortir d’une économie compétitive voir guerrière. Un exemple, la fortune de 62 personnes est désormais égale aux revenus de 3,5 milliards d’êtres humains. Restituer à la monnaie sa fonction première : un acte de bien public commun au service de l’échange et de la pacification des citoyens. Patrick Viveret est un économiste citoyen, il se définit comme un passeur cueilleur, il remet au goût du jour l’étymologie des mots que nous connaissons que dans le monde de la finance : capitalisme, valeur, , qualité, monnaie, comptabilité, Nous redonnant ainsi le goût du doux commerce et de l’échange dans ce « Mes sages de vie ». Un de mes sages qui compte sur le bien commun pour redonner de la valeur à nos vies.

en savoir plus : http://www.richardfedermann.com/


forum

Soutenir par un don