Sylvan Esso "Eponyme"

Pop electro

lundi 4 août 2014 par prog

Sylvan Esso est une pop rêveuse, baladeuse… une pop electro immédiate, une simplicité délicate aux trésors cachés qui attise les écoutes…
C’est une rencontre entre le producteur Nick Sanborn et la chanteuse à l’époque du groupe « Mountain Man » alias Amelia Meath.
Une rencontre autour d’un mix d’une chanson, le temps passe mais la vie les retrouve en la ville de Durham en Caroline du sud.
« Nick : Elle m’a vu danser sur scène alors que j’ouvrais son groupe Mountain Man. J’avais joué dans des groupes avant, mais c’était la première fois que j’avais un projet solo. Elle était dans la fosse juste devant la scène en train de danser comme une folle. Après, nous sommes lentement devenus amis… »
Sur des échanges et partages musicaux, se monte un duo entre machines vaporeuses et voix subtiles dans des compositions sensuelles, pas de hasard pour ces retrouvailles nous diront ces compositions au mariage évident.
« Nick : je ne vois pas la musique, c’est plutôt un truc que je ressens dans mon corps. J’ai toujours ressenti la musique de façon très physique. J’ai étudié la composition à l’université et je voulais être chef-d’orchestre, parce-que je trouve que cette fonction rend la musique physique, comme s’il la peignait. 
Je pense plutôt que nous sommes tous deux des personnes très physiques, et que c’est donc quelque chose qui ressort naturellement dans notre musique. »

Pas besoin d’en faire de trop non plus, juste, léché, classe, tout est manié avec goût et sensibilité.
« Nick : Danser est quelque chose d’incroyable parce-que ça n’a aucun sens, c’est très humain et inexplicable. Pourquoi aimons-nous tous bouger nos bras en rythme ? C’est bizarre. Mais nous le faisons tous, et ensemble. Il y a une petite magie là-dedans qui nous plaît.
Amelia : Le sexe, c’est comme la danse : c’est un truc incroyablement bizarre que tu fais avec ton corps. Observé de l’extérieur, ça ne ressemble à rien, et puis ce n’est jamais vraiment comme tu le pensais. Parfois, c’est étonnamment bien alors que tu pensais que ça allait être nul. Je pense que ce qui nous intéresse le plus tous les deux et ce que nous recherchons, c’est ce que je te disais - l’imperfection et l’humanité. »

Eponyme, la tracklist nous séduit tout autant par ses ambiances qui jalonnent la journée : « Coffee », « Uncatena » pour des réveils matinaux doux et enlacés, « Hey Miami », « Dress » pour se mettre en entrain, « Wolf », « Play It Right » pour les heures longues de l’après-midi, H.S.K.T », « Could I be » pour entamer la soirée sur des envies dansantes, « Dreamy Bruises » pour des nuits sans fin, « Come Down » pour une berceuse à nos heures blanches…
Un petit bijou qui vit avec nous et nous accompagne un peu partout, de quoi se reposer sur nos oreilles pour le prochain qu’on espère déjà à venir.

https://www.youtube.com/watch?v=Qr5AIKRPIHo

 

*crédit interview : http://www.brain-magazine.fr/article/interviews/19398-Sylvan-Esso---Vous-reprendrez-bien-un-peu-de-caf%C3%A9%C2%A0