Paroles

Mercredi à 18H ( rediffusé le dimanche à 14H)

mercredi 18 novembre 2020 par Radio-Grésivaudan

Paroles : émission consacrée aux écrivain et à leur rencontre. Une émission, un auteur, un livre.
le 2 em et 3eme mercredi du mois.

Mercredi 18 novembre à 18H ( rediffusion dimanche 22 novembre 14H)  :
rencontre avec Olivier Delavaut directeur de la collection nuage rouge pour Voix ancestrales : Conversations avec N. Scott Momaday aux éditions Du Rocher, collection nuage rouge.


Le Mercredi 18 novembre à 18H ( rediffusion dimanche 22 novembre 14H) : rencontre avec Olivier Delavaut directeur de la collection nuage rouge pour Voix ancestrales : Conversations avec N. Scott Momaday aux éditions Du Rocher, collection nuage rouge.
Ces dialogues avec le grand écrivain kiowa N. Scott Momaday sont des conversations à bâtons rompus, jubilatoires et emportées, riches et joyeuses, sérieuses, jamais graves et par lesquelles nous côtoyons avec une étrange facilité la littérature, l’esthétique, la spiritualité, le langage liés à son univers. Nous y accédons par ces échanges avec un géant de la littérature, autant indienne qu’américaine, dont la voix profonde résonne à notre entendement et nous met en contact direct avec son oeuvre.
Par sa nature, le livre donne à apprécier la chance d’avoir l’opportunité d’entrer dans l’art de la Conversation, la puissance évocatrice que cela peut revêtir. Momaday révèle ici à quel point, et comment, il a été profondément influencé par ses racines kiowas. Dans son travail incessant de création, tant comme écrivain que comme peintre, Momaday, comme l’écrit Woodard, étonne par la « diversité et l’ampleur de son expression artistique ». Voix ancestrale nous emmène aux sources de sa création, au coeur de son univers. De ces échanges viennent à nous les voix calfeutrées dans les livres, dans les replis de l’esprit et les ressacs de l’Histoire. En exprimant la quintessence de son monde mythologique, en nous faisant part de certains aspects de son histoire personnelle liée à celle des Indiens d’Amérique du Nord, Momaday replace l’individu au centre du processus de création artistique, de son identité propre, dans son environnement originel et de son émotion unique.
Il a été distingué en 2004 artiste de la Paix à L’Unesco, invité à l’inauguration du Musée des Arts Premiers du Quai Branly. « La Maison de l’Aube », « Le Chemin de la Montagne de Pluie » et « L’Enfant des temps oubliés » sont ses trois romans publiés dans la présente collection et qui ont été réédités en poche chez Folio. Nuage rouge a également publié de Momaday deux essais, « L’Homme fait de mots » et « Les Noms, mémoires ».

le Mercredi 11 novembre rencontre avec Bérengère Cournut pour De pierre et d’os aux éditions Le Tripode ( rediffusion dimanche 15 novembre à 14H)
Dans ce monde des confins, une nuit, une fracture de la banquise sépare une jeune femme inuit de sa famille. Uqsuralik se voit livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaire. Elle n’a d’autre solution pour survivre que d’avancer, trouver un refuge. Commence ainsi pour elle, dans des conditions extrêmes, le chemin d’une quête qui, au-delà des vastitudes de l’espace arctique, va lui révéler son monde intérieur. Deux ans après son roman Née contente à Oraibi, qui nous faisait découvrir la culture des indiens hopis, Bérengère Cournut poursuit sa recherche d’une vision alternative du monde avec un roman qui nous amène cette fois-ci dans le monde inuit. Empreint à la fois de douceur, d’écologie et de spiritualité, De pierre et d’os nous plonge dans le destin solaire d’une jeune femme eskimo. Édition augmentée d’un cahier de photographies. La couverture a été réalisée par Juliette Maroni. De pierre et d’os a reçu le prix du roman Fnac 2019 ainsi que le prix Libr’à nous 2020



rencontre le 21 octobre avec Rodolphe Christin pour La vraie vie est ici (Voyager encore ?) aux éditions écosité

Considérant les ravages du tourisme et les effets délétères de son industrie, il est généralement de bon ton d’opposer à la figure du touriste celle du voyageur, dont les intentions seraient nobles et les agissements respectueux des populations et des environnements. Or, est-il encore possible de concevoir le voyage comme mode d’être au monde et comme moyen d’aller à sa rencontre ? Et d’où nous vient ce « besoin » de voyager ? C’est à partir de ces questions d’ordre philosophique que Rodolphe Christin nous invite à penser le voyage, lui pour qui cette notion doit avant tout constituer « un acte de l’esprit, une expérience particulière de la pensée et du corps. Autrement dit, une certaine expérience du monde que les infrastructures touristiques mettent à mal et qu’il conviendrait cependant de sauver ».


forum

  • Paroles diffusé lundi 11/09/2017 SUR rdwa
    11 septembre 2017, par LAURENCE LEBRUN

     Une émission, un auteur, un livre.<br>

Soutenir par un don