LES FILS DE TEUHPU "Camping sauvage"

Rock Francais

vendredi 16 janvier 2009 par prog

LES FILS DE TEUHPU = NOUVEL ALBUM "CAMPING SAUVAGE" disponible à partir du 09 mars 2009.

L’aventure a commencée il y a dix ans déjà quand, après avoir battu pendant quelques temps le pavé, les Teuhpu ont imaginé une fanfare déjantée et rock’n’roll, une autre façon de jouer, dans tous les sens du terme avec les cuivres, les percussions et les cordes. L’esprit a perduré et, dix ans après, avec ce nouvel opus Camping sauvage le groupe plante le décor - ou peut-être la tente - au carrefour de plusieurs univers.

On retrouve en effet la tonalité fanfare des débuts avec l’omniprésence rassérénante des cuivres à laquelle se mêlent des notes souvent gouailleuses qui ne mâchent pas leurs mots, stigmatisant et piquant un monde qui passe son temps à faire la guerre. Les cuivres s’envolent dans les morceaux instrumentaux comme Pharmacie Golf, le fantôme du 84 ou Love in ah our hearts, tout s’agite, virevolte et tourbillonne, faisant la part belle à un esprit fêtard et entraînant, surfant sur des influences variées allant de l’afrobeat, au rocksteady, aux musiques tsiganes en passant par quelques incursions dans le répertoire yiddish, le tout exécuté sur un tempo souvent délirant. Mais, François, Rodolphe, Poumtchak, Gésir, Kader et Benjamin aiment aussi jouer sur la corde raide et, à l’image du son distordu qui ouvre le second morceau de l’album, ils n’hésitent pas à torturer les clichés, à donner dans une ironie salvatrice, dans un humour parfois noir et décalé mais, nonobstant, revigorant.

L’album se révèle truffé de références, Les liaisons dangereuses, un des morceaux les plus irrévérencieux, commence sur l’air du Lycée papillon, à la mode des chansonniers. Les textes souvent corrosifs n’ont rien à envier à cette tradition, à ceci près qu’ils sont assaisonnés façon roots et rock’n’roll et s’envolent souvent dans un délire de cuivres et grande nouveauté, de guitares, pour le plus grand plaisir de l’auditeur. Quelques autres petites surprises titilleront les oreilles les plus attentives à commencer par les samples malicieux qui jalonnent l’album ; on remarquera aussi la présence de TRYO sur Nabab, celle de Joseph DOHERTY sur Le fantôme du 84 et de la chanteuse lyrique Paola LANDOLT sur Fleurys. Le groupe, qui accuse une solide expérience du live avec déjà plus de mille quatre-cents concerts aussi bien en France qu’à l’étranger, défendra cet opus sur scène avec toute la vitalité et tout l’humour qu’on lui connaît.


Soutenir par un don