Emily Jane White "victorian america"

folk

vendredi 17 septembre 2010 par Technics

Il y a 3 ans, la demoiselle a fait de l’ombre à l’impérialisme d’Alela Diane en matière de folk intimiste. En effet, Dark Undercoat, son premier album (chroniqué et en écoute ici), a soulevé l’enthousiasme des critiques européens (contrairement aux Etats-Unis où elle et Alela sont loin de provoquer la même belle unanimité). Ce premier album est toujours un petit chef d’oeuvre, une première oeuvre éblouissante de justesse.

Plus terrien et sombre, Stairs avec sa belle orchestration est un petit chef d’oeuvre de folk/bluesy americana. Puis, cette cassure à la 2:34 est juste sublime. Ce morceau qui est l’un des plus beaux de l’album vous hantera encore longtemps après son écoute. La plage placide Victorian America offre des arrangements boisés classieux donnant une majesté particulière à ce sublime morceau qui évoque la condition féminine aux Etats-Unis à une époque pas si révolue... Sur le bouleversant The Baby, le chant plaintif d’Emily nous plonge dans les méandres de son univers musical tourmenté.

Un deuxième album fantastique. Beaucoup plus riche, ouvert mais respectant la mélancolie glacante de l’artiste (la mort reste le sujet de prédilection des textes). Emily Jane White produit de la musique intemporelle qui ne sera jamais datée ou dans le vent. Un petit chef d’oeuvre.


Soutenir par un don