Editorial du 16 au 23 juin

vendredi 16 juin 2017 par Radio-Grésivaudan

Attention, c’est du lourd !
1- Pas une semaine pas un mois sans que l’on nous ressorte cette fameuse phrase- apocryphe- attribuée à André Malraux ; « Le vingt-et -unième siècle sera religieux ou ne sera pas ». Je sacrifie moi-même à ce rituel post-moderne en y faisant référence ici-même. Mais il faut bien admettre que les faits démentent cette assertion et que les événements relevant de l’univers clérical et des syntaxes religieuses ont leurs origines dès le dernier tiers du 20ème siècle et que l’on peut même les dater avec précision, lors du déclenchement du premier choc pétrolier, en 44 avant EM.
Et c’est sur ce terreau que vont se développer deux lignées essentielles de phénomènes que l’on peut caractériser comme fondamentalismes, soit qu’ils se réfèrent à la charia ou à l’intégrisme chrétien , intégrisme chrétien que j’appellerais, si je poursuivais dans le sens de cet exposé didactique, intégrisme boutiniste, ou boutinisme tout court, dans sa version la plus soft, même si c’est faire honneur à dame Christine de la substantiver ainsi.
2- Relire,(ou découvrir) St Jean de la Croix peut-être le plus grand poète lyrique espagnol c’est autre chose que les bondieuseries réacs de la susdite.
 En una noche oscura
 càn ansiosos amores inflamada
 O dichosa ventura
 Salir sin ser notada
 estando ya mi casa
 sosegada*
3- Mon ami Marcel me surprendra toujours. Il m’annonce qu’il renonce à rejoindre le MODEM malgré son attirance profonde- névrotique ?- pour Marielle de Sarnez en même temps qu’il entreprend une recherche sur ce que pourrait être une spiritualité laïque, versus la spiritualité chrétienne qu’il juge trop sûre d’elle et dominatrice.
4- Je sais bien que mon ami Marcel est loin d’être un con, mais son évolution récente vers tout ce qui touche à la spéculation intellectuelle m’étonne au plus au point. Ainsi de cette curieuse question qu’il me posa avant-hier lors de notre rencontre hebdomadaire à la Brasserie des deux Belges : « Un pape, ça peut bander ? » Au-delà la trivialité du propos, il faut bien admettre que la question peut se révéler passionnante à condition de renoncer en préalable au premier degré, au traitement anatomique , à savoir si le corps caverneux d’un pape réagit avec vigueur aux sollicitations de l’éros, et privilégier l’aspect plus ontologique : « Quelle est l’influence de la sainteté sur la libido papale ? » Frein ou dynamisant, sublimation ? , Position de la Curie sur la question ? Le problème est posé et j’en resterai là, manquant de compétence sur tout ce qui touche au priapisme ecclésiastique en général et à sa déclinaison papale en particulier.
5- Manchester, Londres, les cons ont encore frappé. Il est urgent de démystiquer les marais de l’ignorance.
6- Relire Camus
7- Aimons-nous les uns les autres**. Chiche !
8- Bientôt l’été et et ses douceurs. Je vous retrouve en septembre si Dieu ou un de ses clones me prête vie.
MA

18 prairial CCXXV

*Pendant une nuit obscure
enflammée d’un amour inquiet
Ô l’heureuse fortune !
Je suis sortie sans être aperçue
lorsque ma maison était tranquille

** mais bien protégés