EPISODE 10 du 26/02/19

mardi 26 février 2019 par a l’epoque des paquebot

EPISODE 10 du 26 février 2019...

Vous souvenez-vous du 1er épisode de notre émission ? Il s’agissait d’un double entretien présentant notamment un témoignage de Guy Raibon, paysan du plateau des petites roches… Le revoici intarissable, la mémoire abondante, pour narrer encore cette enfance qui fut la sienne, animée par l’histoire familiale avec Charles son père, et l’histoire des établissements avec entre autre l’un de ses directeurs, M. Dumenge, forte personnalité en son temps résistant contre l’oppression allemande…

IMG/mp3/2019_02_26_epoque_paquebots_episode_10.mp3

Les bâtiments des anciens hôpitaux de Saint Hilaire du Touvet vont bientôt disparaître du paysage, image improbable d’un trou dans l’environnement familier. Avec eux disparaissent une certaine conception du soin, inscrite dans un cadre naturel et une architecture surprenants. C’est aussi l’histoire de Saint Hilaire du Touvet et du Plateau des petites roches qui entre dans l’oubli : un territoire à la fois paysan, ouvrier et médical avec un héritage social, culturel et intellectuel singulier.

Pendant que les bulldozers détruiront ce qu’il reste des établissements, il s’agit de se pencher collectivement sur cette histoire pour ne pas la laisser disparaître en silence durant les travaux de démolition.

Collecter, étudier, raconter, et (re)constituer ensemble cette histoire comme une mémoire commune à transmettre, un patrimoine immatériel « pour la suite du monde », un héritage à interpréter, à se réapproprier, à transmettre et à réutiliser pour nourrir le désir de vivre ici, les manières de travailler ailleurs et orienter les choix collectifs quant à l’avenir du village et du plateau.

A l’Epoque des Paquebots propose d’écouter deux portraits sonores par mois, mettant en lumière le témoignage d’une personne en particulier, ayant vécu une histoire particulière avec ces établissements...

Merci à toutes les personnes qui ont accepté de témoigner et merci à celles qui s’apprêtent à le faire pour compléter les nombreux récits qui composent aujourd’hui la mémoire sonore et un patrimoine vivant de ce lieu...


Soutenir par un don