à la recherche du nouvel ennemi

vendredi 6 novembre 2009 par Les ateliers pédagogiques : François

À LA RECHERCHE DU NOUVEL ENNEMI ; 2001-2025 : rudiments d’histoire contemporaine
de Pièces et main d’œuvre Collection Négatif aux édition l’échappée

C’est un lieu commun que dans toute société, l’ordre repose sur le sacrifice de moutons noirs, brebis galeuses et boucs émissaires, désignés à l’unanimité violente des sociétaires. D’où l’intérêt de connaître le nouvel ennemi de la Sécurité globale, cible des stratèges de la Rand Corporation (le plus important institut d’analyse et de planification américain) et des « livres blancs » du gouvernement.
Après l’« écoterrorisme », ennemi à peu près imaginaire, produit du FBI et de l’écrivaste Jean-Christophe Rufin (Le parfum d’Adam) ; après le « bioterrorisme », ennemi bien réel issu des laboratoires de l’État – comme démontré par l’affaire de l’« anthrax » en 2001 – voici le mauvais Terrien. Réfractaire au « Green New Deal », aux « écotechnologies » ; nanotechnologies, géo-ingénierie, nucléaire et informatisation de la « planète intelligente », cyberville globale où chacun se plie aux règles de la survie technifiée. Sauf à devenir le nouvel ennemi de l’« humanité élargie » : post-humains, transhumains, cyborgs, « Successeurs », « hommes bioniques », « augmentés » et autres « Singularités », qu’on nous assigne désormais comme notre futur inéluctable et désirable.
Huit ans après, le fin mot de la « World War on Terrorism ». Ce qu’elle a permis. Ce qui a changé. Ce qui a été perdu sans retour. Et l’avènement de l’Ordre Vert dans un monde en contraction où s’effondrent les frontières entre local et global, intérieur et extérieur, temps de paix et temps de guerre.

Ceux qui écrivent à l’enseigne de Pièces et Main d’Œuvre enquêtent depuis 2001 sur les effets réciproques de la guerre et des technologies. Ils ont publié aux Éditions L’Échappée Terreur et possession, enquête sur la police des populations à l’ère technologique, et Aujourd’hui le Nanomonde. Nanotechnologies : un projet de société totalitaire.