Edito du 17 au 24 janvier

 La survie de I’humanité passe. dans un premier temps par la non prolifération du marketing ».
Ainsi s’exprimait il y a déjà 20 ans un auteur visionnaire du Val d’Oise dans un ouvrage cle référence consacré essenliellement à la réflexion poétique et aux aphorismes*. Et il n’est pas interdit aujourd’hui de recenser ce qui donne toute son actualité à cette remarque sûrenrent passée inaperçue en 1999. mais qui résonne maintenant comme un écho aux préoccupations écologiques
présentes. Et ce n’est pas la grande Christine qui me démentira. elle dont la finesse d’analyse reste encore , aux moment où j’écris, un exemple pour tous ceux et celles pour qui l’avenir de la planète est
sourrce d’angoisse en mêrne temps qu’ils s’interrogent sur l’avenir du coït traditionnel. « La réalité du mariage" elle est d’assurer la pérennité de la société par la naissance des enfants, or vous ne
pourrez jamais faire en sorte que deux hommes ou deux femmes ensemble fassent un enfant ». Bien vu !
Le problème c’est que les traditionnels en font trop et que même Ia popularisation de techniques sexuelles venues le plus souvent d’ailleurs n’entravent pas la production et que seules sont à déplorer quelques lésions bénignes et autres tours de rein qui s’expliquent par I’usage de positions coïtales que le bon sens rural condamne. Et il faut bien reconnaître que, dans une perspective cle limitation des naissances - des futures bouches à nourir - tout ce qui s’inspire de près ou de loin du missionnaire va dans le mauvais sens . Mais on ne s’affranchit pas d’un claquement de doigt d’habitudes séculaires avec monsieur dessus et madame dessous, ce que pourtant certains esprits éclairés condamnent et reconnaissons le surtout des femmes.
Mais quancl l’essayiste du Val d’Oise parle d’hunranité - la dame parle de société. Quand l’unparle de survie. I’autre parle de pérennité. C’est dire qu’on ne joue pas dans la même cour, d’autant
plus que l’humanité dont il s’agit ne se réfère pas au journal ( qui se porte plutôt bien) tnais au concept globalisant d’ « ensemble des êtres humains ». ensemble menacé par les activités de marketing, autrement plus dangereuses et globalisantes que les aspersions spermatiques facilement neutralisables pourvu qu’ on s’en donne le peine. Et la première menace portée par le marketing, c’est sa langue.Pas I’anglais de fennyson. d’Eliot ou de Christie pas ces échanges ou des langues s’enrichissent mutuellement , mais un marketangliche ou sabirmarket tout entier orienté vers la consommation où le client potentiel- ou son mutant « liker » ou « follower »- doit être séduit, hameçonné avec l’aide de plus en plus souvent de ceux que l’on appelle les influenceurs, client
réduit parois au statut de souris de laboratoire.
Quelques exemples cueillis ça et là souvent pour accompagner des marques qui ce faisant prétendent accéder à la modemité :
unboring the future
inspired by you
discover your smile
the power to surprise
enjoy
better every day...
etc.....
j’ai envie de m’y mettre moi aussi : « is my bottom chicken made ? » pour faire dans la mouvance post- moderne. Mais. quand même " admettez qu’en français. ca sonne autrement mieux :
« Et mon cul. c’est du poulet ? »
Et en plus cela évoque de beaux souvenirs pour les cinéphiles.

M.A

*Max Alexandre :« Le tour du camp » 1999
1 pluviose 228

La Télé au Placard

La Télé au Placard, c’est l’émission quotidienne de Radio Grésivaudan. Du mardi au vendredi de 10h30 à 12h en direct, rediffusée à 16h30. Elle donne la parole aux actrices et aux acteurs de la vie locale et culturelle du Grésivaudan !

Tout le programme de la télé au placard, les podcasts des 3 dernières semaines en cours...

Primevère

Radio Grésivaudan, comme chaque année est sur le salon Primevère les 3/4/5 mars , le salon-rencontre de l’alter-écologie. En ses temps de "vertitude" dans l’ensemble des acteurs économiques et politique ; cette affirmation dans l’alter écologiedes organisateurs de primevère nous réjoui.
Sur notre antenne :
Lundi 20 et dimanche 26 janvier à 15h  : reseaux de resistance de vincent Verzat et victor Vauquois
Lundi 27 janvier et dimanche 2 fevrier r à 15h  : petis fruits delice du jardin bio de denis Pepin
Lundi 3 et dimanche9 fevrier à 15h  : la polution electromagnétique de Michele Rivasi et Alain Richard

Parfums Exotiques

Mercredi 22 janvier à 19H30 et dimanche 26 janvier à 16H30.
Rencontre avec Chantal Raymond Laruina et Jean-Pierre Gayet, représentants de l’ association Ziwala Voyage. Mauritanie-Maroc-Italie.

Émission présentée en direct par JAMGO. PARFUMS EXOTIQUES..."Voyages au bout de l’onde..." Découverte des terres d’ailleurs à travers leurs auteurs et leurs musiques.

Vivre avec le VIH

Dimanche 26 janvier à 13H :
Au sommaire cette semaine :

Qu’est-ce que une discrimination ? Dans cette émission du mardi 21 janvier 2020 nous vous présenterons les résultats de l’enquête sur les discriminations vécues par les séropositifs menée par l’association Sida info service. Nous passerons ensuite aux annonces du cœur pour finir avec les infos de la semaine.

Voyage intérieur

dimanche 26 janvier à 9H30 :
Guy Corneau
Psychanalyste de formation, Guy Corneau a écrit des livres qui sont devenus des best-sellers : « Père manquant, fils manqué », « L’amour en guerre » (Editions de l’Homme, 1996) « N’y a-t-il pas d’amour heureux ? » (Editions Robert Laffont 1997 et J’ai Lu 1999)« La guérison du cœur » (Editions Robert Laffont et Editions de l’Homme 2003)« Revivre ! » (Editions de l’Homme)Voici un entretien au matin tranquille comme un fleuve descendant son lit, comme une page blanche qui s’offre à lui et dont les maux tendres font de lui un écrivain accessible à tous ceux qui cherchent des mots pour le dire

Les Chansons de Papa

samedi 25 janvier 2020

Les Chansons de Papa vous proposent de découvrir l’oeuvre du chanteur Mouloudji, dit Moulou.

CréationS radiophoniqueS

Dimanche 26 janvier à 18h
passe montagne, memoire et histoire de ceux et celles qui ont vecu avec les sans de oreillons des murs et radio gresivaudan
Dimanche 2 fevrier à 18h
ainsi brament-ils de Matthieu cornelis

regard’ailleurs

Cette émission est enregistrée en France et à l’étranger ; on y retrouve des expatriés, des écrivains-voyageurs, des projets solidaires, des immigrés habitant en France, des parcours de vie... dans une dynamique d’échange et de partage pour se découvrir soi à travers le regard de l’autre.
le vendredi 24 janvier à 14H : Cathy Masseus Vella
Cathy commence la musique à travers le piano à l’âge de 8 ans. A l’adolescence elle compose de nombreuses musiques au piano et des poèmes variés. Elle découvre la musicothérapie à l’âge de 17 ans faisant quelques « détours » par la psychologie et l’animation socio-culturelle avant de se former dans l’accompagnement par le son et la musique ainsi qu’en pédagogie musicale. Cathy fait partie de l’aventure de la caravane amoureuse en Himalaya. Rencontre avec Cathy.

Soutenir par un don